Recherche



L'article appartient à cette rubrique :
ENDOUME & SES ENVIRONS

ENDOUME, hier

Extrait de "La banlieue de Marseille" (Alfred Saurel), paru en 1874

« « ... quel est le véritable point de départ du nom d’Endoume ?

... ce serait s’aventurer déjà beaucoup que d’affirmer que le mot latin domus, maison, est la véritable étymologie ;
mais sans nous avancer d’une manière absolue, nous accepterions celle de dôme, élévation, dont on trouve l’explication dans Puy de Dôme.
Des actes qui n’ont rien de fabuleux, car ils ont été cités par Mortreuil, indiquent que le port d’Endoume (est-ce Malmousque, le vallon des Auffes ou Maldormé ?) était parfaitement pratiqué durant les XIIIe et XIVe siècles. Portus de Domezes (12 mai 1288), Portus de Domes et de Domeos (1311), tels sont les noms sous lesquels il était désigné.
Au XVIIIe siècle, c’est Doume, Doumes et Cap de Doumes, et il n’est pas difficile de comprendre comment de Doume on a fait, en provençal, en Doume. Anar en Doume, c’était aller à Doume. La manie de tout franciser a fait le reste...

les anciens titres, même ceux du XVIIIe , disent le Doume, quartier de Doume, comme il dit encore aller en campagne, les deux mots finirent par n’en faire qu’un seul." De la supposition passons à la réalité.

Le village d’Endoume date de nos jours. Si l’on se rapporte aux cartes éditées vers la fin de l’empire, on ne trouve que la batterie de Malmousque, deux ou trois postes de douane isolés, et quelques rares cabanons, perdus dans les vallons, qui ne recevaient un peu d’humidité qu’après les pluies torrentielles des équinoxes. »

Traverse Targuist

Lorsqu’elle était gosse, Eliane venait en famille se promener à la pinède, (nom que nous donnions à cette époque à cette rue) Les choses ont bien changé depuis. Heureusement quelques pins ont subsisté, dont ceux du théatre Sylvain, à proximité de cette rue.

Le Centre de l’aglomération se situait au lieu dit "La Croix" aujourd’hui place St Eugène.
Dirigeable au dessus d’Endoume dans les années 20
Le vallon des Auffes dans les années 70
Le Vallon des Auffes au siècle dernier

1. avec le clocher d’Endoume en arrière plan.
2. avec Notre Dame de la Garde en arrière plan

Le Vallon des Auffes aujourd’hui

"Le Vallon des Auffes"

« Le nom de cette crique évoque, à Marseille, un métier traditionnel, celui des "auffiers". Ces artisans qui travaillaient "l’alfa" ou sparte (auffo en provençal) y faisaient tremper leurs productions de vannerie et y entreposaient sparteries et cordages. Ils vinrent s’installer vers 1750, abandonnant le coeur de la ville pour ce vallon d’abord appelé "Vallons d’En Garnier", vallon des Innocents" et même "Vallon du Roy". Le petit port de pêche, avec ses maisons basses dominées par la route en viaduc depuis 1863, abrite des barques marseillaises typiques… »

Le Petit Nice, au début du XXe siècle et aujourd’hui


Sur les rochers du Petit Nice au siècle dernier.
Marseille, les années 40
La Corniche dans les années 30/40

Le tramway sur la Corniche dans les années, 30/40

A cette époque, le tramway circulait sur la Corniche. Aujourd’hui, les problèmes d’embouteillages pourraient être résolus si on adoptait à nouveau ce mode de transport en commun.

La Plage du Prophète, Au début du XXe sièce et Aujourd’hui
l’anse du prophète, au siècle dernier.
Le pont de la Fausse monnaie
début du siècle

Avant la construction de la Corniche, un chemin des douaniers longeait la mer en contrebas de la colline du Roucas Blanc. Ces douaniers surveillaient notamment les contrebandiers qui arrivaient par bateau du Maroc ou d’Espagne et qui s’adonnaient à des trafics de tout genre (marchandises, argent...) Mais le site était également fréquenté par des bandits de grand chemin qui détroussaient les voyageurs des diligences. Avec les pièces de monnaie subtilisées, ils en frappaient des fausses et s’en servaient ensuite avantageusement. Avant la construction du pont, le vallon était lui même appelé : "vallon de la Fausse Monnaie".

source : Marseille-Info.

Vous êtes sur un site internet créé avec le système de publication SPIP.
No sponsor.